[Pilotage] Approche à l'atterrissage

Merci pour cette vidéo : Les aprems au stade
Je me rends compte que j’ai du travail à faire sur les atterrissages en thermique !

On arrive beaucoup trop rapide !!! :flushed:

1 J'aime

Il faut faire 2 virages à 90 degrés avant de prendre la piste. Ça permet de casser la vitesse en 2 temps.
On a souvent trop tendance à faire un seul grand virage avant de poser… :wink:
Si tu écoutes bien, on m’entend te dire « casse ta vitesse » pendant ton approche

Patoche :
Oui je t’ai bien entendu mais j’ai pas compris ce que je devais faire.
:frowning: Et toujours pas compris.
Vu où je suis positionné, perpendiculaire à la piste… Je ne peux en faire qu’un ?
Qu’est ce que j’aurais du faire pour casser cette vitesse ?

image

Voilà une approche telle qu’elle doit etre réalisée logiquement…

Le fait de virer à 90° ça casse bien la vitesse, limite à devoir tenir l’avion avec les gaz lors de la descente finale

Pas assez longue cette piste. Trop d’arbres. Les gravillons qui roulent trop. Aucune sécurité. Un filet tous les 6 mois. La terre est collante, t’embarque de la boue, des graviers dans l’avion, tu perds ton centrage. Des remparts en bout de piste à s’encadrer dedans. Un désherbage aléatoire. Des turbulences de fou. Des pertes subites de radio. Des abrutis touristes qui perturbent les axes. Kess tu veux piloter normalement dans ce bordel…

Patoche:
Mon pb, c’est que sans moteur, caler entre le 1er Virage et le 2eme, (j’ai pas osé tenter un 360° pour essayer de réduire la hauteur.)
Je ne connais pas assez cet avion.
Il semble bien planer et être rapide.
Faire un virage a 90° plus sec ? C’est vrai que je l’ai bien arrondi, pour éviter le décrochage.

Pris sur le net.
Dans un virage effectué à une vitesse et selon un rayon déterminés, il n’existe qu’une seule inclinaison correcte.

L’inclinaison est donc liée au rayon du virage et à la vitesse :

  • A une vitesse donnée : l’inclinaison doit croître quand le rayon de virage décroît.

  • Pour un rayon de virage déterminé : l’inclinaison doit croître en même temps que la vitesse.

En conséquence, la possibilité pour un avion d’effectuer un virage à faible rayon, donc à forte inclinaison, est liée à :

  • L’excédent de puissance du moteur :

Il s’agit de la différence entre la puiqssance disponible et celle nécessaire à maintenir le vol rectiligne horizontal.

C’est avant tout le manque de puissance qui s’oppose à ce qu’un avion léger et lent, puisse effectuer les évolutions serrées d’un avion rapide.

J’en conclus que la diamètre d’un virage est lié à la vitesse du modèle, mais pas que faire un virage serré fait décroître la vitesse …

J’en conclus que la diamètre d’un virage est lié à la vitesse du modèle, mais pas que faire un virage serré fait décroître la vitesse …"

Ben non sinon en racer on ferait des virages de 3km, et pourtant on arrive a tourner sur moins de 5m de diametre meme a 250km/h… (et toute la difficulté est justement d’essayer de ne pas perdre de vitesse dans le virage…

Patoche a raison (putain ca fait mal de dire ca), il faut profiter des virages pour casser sa vitesse, de plus vos approches sont beaucoup trop hautes et trop courtes, il ne faut pas hesiter aller chercher loin le dernier virage…

Donc un seul virage de grand diametre ne cassera pas beaucoup ta vitesse (d’autant plus si tu le fais descendant tu vas au contraire aller plus vite en sortie de virage qu’en entrée…)

Il ne faut pas hésiter a utiliser de la dérive a contre aussi dans la derniere ligne droite pour faire deraper le fuselage, ca fait office d’aerofrein…

Et enfin le mieux pour apprendre a poser propre un avion…c’est de faire du planeur ! (c’est meme pas une connerie pour une fois, le planeur c’est vraiment la meilleure ecole pour apprendre a poser court ou a un point donné…)

1 J'aime

Ohhhh Bijou, ohhh !!! … Tu t’adresses à des pilotes de l’ADAL, n’oublies pas ce détail ! :sweat_smile::sweat_smile::sweat_smile::sweat_smile:

C’est un Super tigre 34 sur l’avion de gégé ? Il y a quoi comme hélice ?

Modelvincent

Et non l’inverse,
Tu confirmes ce que je présumais.
Avec un virage serré , tu prends le risque de faire un décrochage dû à la perte de portance.
Donc en cas de calage moteur, Il vaut donc mieux, rester à plat et de faire un virage à plat le plus loin possible et d’essayer de casser la vitesse en jouant avec la dérive.
C’est technique reste difficile chez nous, à cause de nos arbres entourant la piste donc à travailler
Je pense aussi, car c’est mon cas, nous connaissons mal nos modèles, et particulièrement les motorisés.
Nous devrions être plus attentif, à sa vitesse minimum de vol, donc connaitre son comportement lors du décrochage et son taux de chute.

C’est pour ça que le planeur est le secret pour apprendre a poser…

Par contre attention au virage a plat, c’est encore plus dangereux pour les risques de delenchés car tu crées vite de dissymétrie,par contre un virage trop serré peut te faire partir en virage engagé, c’est un juste milieu mais l’erreur principale des avionneux (c’est pas pejoratif) c’est de plonger très vite vers la piste en cas de panne moteur, ce qui fait que bien souvent tu bouffes la piste et tu fais de la casse, alors qu’un avion ça plane sans problème

Il est vrai que la pratique du planeur m’a permis à quelques reprises de rester la tête froide lors d’un calage moteur et de poser bien plus proprement qu’avec le moteur en marche, avec de beaux virages en angles droits.
Bon, sur le second vol filmé du Supersortster c’est le contre exemple. Après un réglage gentiment effectué par Patoche :rofl: le moteur n’a cessé de faire des siennes et m’a poussé à poser rapidement. Trop détendu et en train de rigoler avec le Patoche et Paul, j’ai effectivement bien merdé sur l’atterro… Le décollage est collector aussi :joy:

@Patoche, c’est chouette cette vidéo, c’est la première fois que j’ai de si gros et beaux plans d’un de mes vols :+1:t2: :pray:t2:

@Den, une 10x6, pourqué?

La technique de l’arrêt moteur m’a été enseignée par Patoche alors que j’allais utiliser comme d’habitude mon beau bout de chiffon pour stopper l’hélice. On pousse les manches des gaz et de la prof en même temps et hop, l’hélice est pignée :rofl:

99 fois sur 100 on filme avec nos téléphones. Là j’avais le matos adéquate (comme Sheila), mais ça fait longtemps que je m’en suis pas servi. Avec un peu de pratique je pourrai refaire des vidéos sympas :wink:

C’est bien ce type de film, ca permet des discussions après coup.
Ca met l’accent sur des erreurs ou sur des points de vol, que l’on ne peut pas voir quand on a la tète dans le guidon.
Merci vincent :+1:t2:

Moi, je trouve que du moment que l’avion est posé avec tout ses morceaux ensemble, l’atterrissage est compté comme réussi.
A savoir que dans le doute, il vaut mieux ramener l’avion et le poser un peu vite que de ne pas avoir assez de vitesse et décrocher, et à moins de connaitre parfaitement son avion. Ce n’est pas toujours facile à jauger, je me suis fait avoir avec mon fameux Fantomas. Sur un calé moteur, j’ai voulu faire un joli virage propre. Sur une petite erreur d’appréciation des distances, j’étais un peu court pour sauter la bute, j’ai légèrement tiré, et ce la s’est soldé par un décrochage sec et la destruction de l’avion.
Sinon, pour Gégé, si tu as l’occasion, essaye une 9x6 sur le G34, je trouve qu’il ne chante pas assez.
Den

Perso, je pratique la technique d’atterrissage dite « Monsun » de Graupner.
Vous souhaitez éviter de casser en fin de piste suite à une allonge trop importante et vautrer votre pingouin dans un arbre, qu’à cela ne tienne, vous choisissez un arbre dès le début de piste.
Virage à 90° ou pas, pratique du planeur ou pas qu’importe, une fois l’arbre choisit gardez votre vitesse maxi en phase d’approche. A partir du moment où ces deux critères sont ok, vous laissez faire.
Eventuellement pour les âmes sensibles, fermez les yeux.
L’atterrissage est réussi à partir du moment où, suivant la bécane des yeux pour ceux qui les ont gardés ouvert, tel le spectateur du tournoi de Rolland Garros, votre regard précède de quelques centièmes de secondes l’objet volant, si ce n’est que dans votre champ de vision à l’instant T le volatile n’y est plus.
Quelques autres signes confirment le succès de cet atterrissage, l’arbre cité plus haut en train de se déraciner et parallèlement votre avion revenu à l’état de kit.
Avec un peu de chance la notice de montage se trouvera posée là…

5 J'aimes

Yvon, tu restes le meilleur d’entre nous :wink:

:rofl: Quelle poilade!!!

T’es con :sweat_smile::rofl::sweat_smile::rofl::sweat_smile::musical_note::musical_note::smile:

:rofl: :rofl: :rofl: :rofl: